Les options de revêtement pour un toit plat

Écrit par Toitures Martin Lafleur le mardi 31 octobre, 2017 à 11:00

Les options de revêtement pour un toit plat

Un toit plat a des besoins particuliers, c’est pourquoi il existe différentes options de revêtement permettant de le rendre étanche.

Sur un toit plat, l’eau ne peut s’écouler naturellement comme sur un toit à pente et se trouve donc évacuée par un drain pluvial. Pour empêcher qu’il soit vulnérable aux infiltrations, on installe sur un toit plat des revêtements sans joints multiples, donc pas de bardeaux, parce que l’eau pourrait s’infiltrer dans les interstices.

 

Le revêtement d’asphalte et gravier

Le revêtement le plus ancien, en asphalte et gravier, consiste en quatre ou cinq épaisseurs de feutre imbibées d’asphalte liquide qui se chevauchent. Le feutre permet de remplir les imperfections de la structure et de stabiliser l’asphalte. Une couche de gravier, blanc ou gris de préférence, est étendue en surface comme protection contre le soleil, qui assèche l’asphalte et lui fait perdre ses propriétés, ainsi que les écarts de température et la grêle qui l’abîment avec le temps.

L’installation de ce revêtement demande l’expertise d’un couvreur professionnel pour la manipulation dangereuse d’asphalte en fusion, qui dégage une forte odeur. Un entretien saisonnier est requis pour ajouter du gravier au besoin.

Le revêtement d’asphalte et gravier est relativement économique à l’installation, mais nécessite un entretien régulier et possède une durée de vie moins grande que celle de ses concurrents, soit environ 15 ans (ou plus selon la qualité de l’installation et de l’entretien). Il connaît donc une perte de popularité pour les grandes toitures à couvrir, et certaines municipalités l’interdisent en raison de son mauvais impact sur l’environnement.

 

Le revêtement de bitume élastomère

Installé depuis une quarantaine d’années au Québec, le revêtement de bitume élastomère est formé de deux membranes élastomères en rouleaux, soit une sous-couche et une membrane de finition à surface granulée, offerte en plusieurs couleurs ou en blanc, pour assurer la résistance aux chocs, aux déchirures et au soleil.

La sous-couche est fixée à l’aide de vis ou collée, alors que la membrane de finition est installée à chaud. Les joints sont soudés par fusion au chalumeau, faisant fondre le dessous de la membrane avec le dessus de la sous-couche pour une parfaite étanchéité. L’installation est ainsi plus propre que celle d’un revêtement d’asphalte et gravier, mais le travail à la flamme comporte certains risques d’incendie. Il est conseillé de trouver un bon couvreur possédant l’expérience et les assurances requises. Ce revêtement peut aussi être posé à froid avec des bandes autocollantes.

De plus en plus utilisé pour remplacer l’asphalte et le gravier ainsi que le bardeau sur certains types de toitures, le revêtement de bitume élastomère coûte de 10 à 15 % plus cher, mais offre une durée de vie de 25 à 40 ans. Il est très résistant aux écarts de température en raison de son élasticité, plus léger, uniformément étanche et facile d’entretien. Il faut s’assurer que l’eau s’écoule bien par le drain pour éviter les flaques stagnantes et les algues qui peuvent réduire la durée de vie de la membrane en détériorant les granules de surface.

 

Les membranes synthétiques monocouches

Plus récentes que les deux options précédentes, les membranes synthétiques monocouches ressemblent un peu à une toile de piscine. Comme on les étend en une seule couche et qu’on découpe les obstacles au ciseau, elles sont surtout utilisées dans le secteur commercial sur de grands espaces.

Il en existe deux principaux types : EPDM (caoutchouc thermodurcissable) et TPO (thermoplastique polyoléfine). Ces membranes sont très résistantes au soleil, aux intempéries, aux variations de température, aux bactéries, à l’humidité et aux déchirures en raison de leur élasticité exceptionnelle. De plus, elles sont légères, recyclables et faciles à installer.

Le TPO est fixé mécaniquement ou soudé à l’air chaud. Les joints de l’EPDM sont scellés avec une colle contact ou un ruban adhésif, et la membrane peut être lestée par une couche de gravier. Dans les deux cas, on installe la membrane sur des panneaux isolants de polyisocyanurate pour absorber les chocs. Le défi consiste à réaliser des joints parfaits autour des obstacles découpés, sans quoi l’étanchéité peut être compromise. Selon le produit choisi, la durée de vie peut aller de 20 à plus de 50 ans.

Les experts des Toitures Martin Lafleur font l’installation et la réfection des revêtements d’asphalte et gravier ainsi que de bitume élastomère sur les toits plats résidentiels et commerciaux. N’hésitez pas à faire appel à eux pour assurer à votre toiture une allure impeccable et une étanchéité sans faille!

 

Sujets: toit plat